Aller au contenu principal

300 ans de la freizh

Cette année, la Freizh de Plougastel fête ses 300 ans !

Découvrez son histoire en 60 secondes :

Août 1714. Après 2 ans de voyages en Amérique
du Sud, l'explorateur Amédée Frezier (un nom
sacrément prédestiné) débarque à Marseille avec
5 plants de fraises blanches du Chili.
 L’un d’entre eux
sera planté au jardin botanique de Brest.
Un infirmier originaire de Plougastel, féru de botanique,
rapporte chez lui un plant de ces fameuses fraises blanches
et le plante dans son propre jardin. Résultat, la fraise chilienne 
se croise avec les fraises locales et une nouvelle espèce voit le jour : la Freizh.
Miracle ! La Freizh de Plougastel se multiplie comme des
petits pains.
Enfin, comme des petites Fraises. Alors qu'elle
dépérit partout ailleurs. On commence même à la vendre
au marché aux fraises de Brest.
Y aurait-il un micro climat
fraisier à la pointe Finistère ? Mystère.
L’ouverture de la fameuse  ligne  ferroviaire et pâtissière
Paris-Brest marque le début du développement
de la freizhiculture.
 Les premières Freizh débarquent à Paris.
Désormais regroupés en coopératives,
les freizhiculteurs de Plougastel se lancent à la
conquête de l’Angleterre et le marché de Londres
devient vite le plus important.
 God save the Freizh !
1er producteurs de fraises en France,
les freizhiculteurs de Plougastel produisent désormais
1 millier de tonnes par an.
 La Freizh est partout.
Fini les récoltes à genoux. Avec l’invention
des jardins suspendus à Plougastel, la Freizh
se récolte désormais à hauteur d'homme par des femmes.
7 juin 1996. Un vent de renouveau souffle à la pointe du
Finistère. Toute la région se mobilise pour que la fraise
entre au patrimoine régional
et que son nom soit définitivement
associé à Plougastel.